Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

18 et 19 avril 2019 à Bobo-Dioulasso: 1er CASEM de l'année 2019 du Ministère de l'Intégration africaine et des Burkinabè de l'extérieur


Communiqués


Le développement du Burkina Faso interpelle toutes les composantes de notre société dont celle de sa diaspora. D’où la création du Conseil Supérieur des Burkinabé de l’Extérieur (CSBE) en 1993 dont la mission principale est de promouvoir et coordonner la participation de la diaspora à la construction nationale.

La diaspora constitue une part importante pour l’économie burkinabè. Selon la BCEAO, plus de 96 milliards de FCFA de transfert ont été effectué en 2013 par les burkinabè vivants à l’extérieur. Au plan politique, des Burkinabé de l’extérieur contribuent à la consolidation de la démocratie dans notre pays à travers leur affiliation aux partis et formations politiques, ce qui participe à l’animation de la vie politique de la nation.

La création d’un ministère chargé des Burkinabé de l’extérieur illustre la volonté du Gouvernement burkinabè d’accorder une place prépondérante à sa diaspora dans les efforts de développement national, conformément au Programme présidentiel.

L’adoption par le Conseil des Ministres, le 08 février 2017, de la Stratégie Nationale de Migration (SNMig), la décision de Son Excellence Monsieur le Président du Faso d’organiser un Forum National de la Diaspora sont également à inscrire dans ce cadre.

Ce premier Forum National de la Diaspora, prévu les 11, 12 et 13 juillet 2018 à Ouagadougou sous le thème « La contribution de la diaspora burkinabè à la construction nationale », sera l’occasion de réfléchir sur la problématique de l’implication effective de la diaspora burkinabé dans l’œuvre de construction nationale et, particulièrement de son implication dans la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), le référentiel de développement 2016-2020. Ce reférentiel accorde une place de choix aux Burkinabè de l’extérieur en tant qu’acteurs clés de son opérationnalisation.

Ce premier Forum sera, en outre, une tribune d’échanges et de dialogue entre les autorités, la société civile, les partenaires au développement et la diaspora.
Il constituera, enfin et surtout, une opportunité pour raviver la solidarité nationale autour d’une vision partagée du développement.


Partager sur :