Aller au contenu principal

Gestion des migrations : Le MIABE renforce les capacités des acteurs

Le Ministère de l’Intégration et des Burkinabè de l’extérieur (MIABE) avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a organisé les 23 et 24 juin 2020 dans sa salle de réunion, un atelier de formation pour mieux outiller ses agents en matière de gestion des migrations.

A l’ouverture des travaux, le Secrétaire Général du MIABE, l’Ambassadeur François d’Assise Yaméogo, qui avait à ses côtés la Cheffe de mission de l’OIM au Burkina Faso, Madame Abibatou Wane, dira que « …la tenue de cet atelier est le résultat de la qualité de la collaboration qui existe entre la mission pays de l’OIM et le MIABE depuis sa création. »

Il a donc invité les participants à l’assiduité avant de laisser le Directeur général des Burkinabè de l’extérieur, l’Ambassadeur Mamadou Ilboudo, assurer le monitoring des débats.

Pour le premier jour des travaux sur le thème « Migration et développement », il s’est agi d’identifier des nouveaux domaines porteurs pour le développement, de percevoir l’impact de la migration sur les économies et d’identifier des sources de financements innovants des projets de migrants.

La journée du 25 juillet était consacrée « Migration et gestion des frontières » avec pour objectifs de faire connaître les enjeux et les défis de la libre circulation des personnes aux frontières, de présenter une analyse des systèmes de gestion des données migratoires aux postes frontaliers du Burkina et enfin de communiquer sur la nécessité de la coopération transfrontalière comme moyen de gestion efficace des frontières.

A noter que chaque module a fait l’objet d’échange, d’évaluation et de simulation de cas pratiques en groupe. L’atelier a connu la participation de représentants d’autres ministères impliqués dans la gestion des migrations, notamment les Ministères en charge de la sécurité, de la défense, de l’action humanitaire, et des affaires étrangères. Y ont également pris part, des organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers.

                                                                                                                E. BOUGOUMA