Aller au contenu principal

Coopération : le Chef de la délégation de l’Union européenne reçu en audience par le Ministre Tiendrébéogo

Le Ministre de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrébéogo a reçu ce jeudi 2 juillet 2020 en audience, le nouvel Ambassadeur, Chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, Wolfram Vetter. Une entrevue de prise de contact qui a permis aux deux personnalités d’explorer les domaines de collaboration entre leurs deux institutions. Il a noté que son département travaille déjà avec certaines institutions comme l’OIM sur les questions de migration.

Le ministre Tiendrébéogo, après avoir souhaité à son hôte la bienvenue et une bonne mission au Burkina Faso, lui a exprimé la volonté de son département, créé en janvier 2018, d’explorer les domaines de collaboration avec la délégation de l’Union européenne, relativement à sa lettre de mission. Pour lui, l’Union européenne étant un partenaire privilégié de notre pays sur les sujets de l’intégration régionale et sous régionale, de la migration et de la diaspora, il convient qu’en tant que principal répondant de l’Etat sur ces questions, le Ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur établisse un cadre d’échanges permanent avec ses services compétents pour un partenariat fructueux.

L’Ambassadeur Vetter a salué la démarche du Ministère à un moment où l’Union européenne travaille à renforcer ses relations avec le continent africain. Il est d’ailleurs prévu dans les mois prochains un Sommet Afrique-Union européenne. Ayant été dans le passé le représentant de l’Union européenne auprès de l’Union africaine il dit être devenu amateur de l’intégration. Il a alors dit sa disponibilité et celle de ses collaborateurs à mener des réflexions avec le ministère sur différentes problématiques.

Ainsi plusieurs aspects feront l’objet d’échanges entre les deux parties dans les jours à venir. On peut citer, entre autres, la question de l’emploi des jeunes pour lutter contre la migration clandestine, la réinsertion des migrants de retour par la formation et le renforcement de leurs capacités, la participation de la diaspora au développement du pays.

Pour mieux préparer le prochain Sommet Afrique-Union européenne, le ministre et son hôte (qui a présenté ses lettres de créance au Président du Faso en octobre 2019), ont convenu de tenir dans les jours à venir une rencontre d’échanges sur la vision du Burkina Faso en termes de perspectives dans les relations entre l’Afrique et l’Union européenne.

                                                                                                               Y. KALWOULE