Aller au contenu principal
  • Burkina Faso / Unité - Progrès - Justice

Soutien aux migrants de retour : Le MIABE aux côtés de l’OIM à la Nuit du migrant


Actualités

Le ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrébéogo, accompagné du Gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo, et de la Cheffe de mission de l’Organisation internationale de la francophonie (OIM) au Burkina, Abibatou Wané, a présidé ce vendredi 6 septembre 2019, à Tenkodogo, une cérémonie dénommée « la Nuit du migrant ».



C’était une cérémonie de remise d’attestations de formation à 162 jeunes burkinabè migrants revenus volontairement au pays avec l’accompagnement de l’OIM.

Grâce à une initiative conjointe de l’Union Européenne (UE) et de l’OIM, et avec l’accompagnement du Gouvernement, ces migrants de retour ainsi que d’autres jeunes issus des populations hôtes, ont bénéficié d’une formation aux métiers de bâtiment et de travaux publics.

Le projet exécuté par le Cabinet COFEC du 14 juillet au 18 août 2019 a permis aux bénéficiaires d’être formés dans un métier. En 36 jours chaque bénéficiaire a appris un métier tel que la maçonnerie, la plomberie, l’électricité bâtiment, le solaire et le froid, la peinture, le plâtre, le carrelage, la confection et la pose de pavés.

Dans son mot, le représentant des bénéficiaires a exprimé sa satisfaction et celle de ses camarades quant à cette initiative qui ouvre pour eux une nouvelle ère, celle de l’emploi et de la stabilité financière. Il a souhaité que d’autres jeunes soient également formés et que l’opportunité leurs soit donnée d’exercer le métier appris pour se rendre utile et se prendre en charge afin de ne pas, à nouveau, être tentés par un départ à l’aventure.

La Cheffe de bureau de l’OIM s’est réjouie du résultat de l’initiative conjointe avec l’UE sur le terrain. Elle dit avoir pris bonne note des doléances des bénéficiaires et les a encouragés à mettre en valeur leur savoir-faire, véritable richesse dont personne ne peut les déposséder. Une richesse qui va les conduire vers la réussite s’ils travaillent avec abnégation.

Elle a invité ceux qui, malgré tout, sont candidats à la migration à le faire de façon régulière. Le président de la cérémonie, le ministre Paul Robert Tiendrébéogo, a également insisté sur ce point. Il a rappelé que la migration existe depuis la nuit des temps, cependant pour se donner le maximum de chance de réussir, « il faut se donner les moyens de partir dans la légalité ».

Avant la cérémonie de remise des attestations, le ministre est allé visiter quelques réalisations des bénéficiaires de la formation.

Une visite guidée qui l’a conduit d’abord à l’Ecole Centre A (construite en 1957) dont la peinture et la tyrolienne ont été rénovées, ensuite à la direction de la police municipale où ils sont en chantier pour la pose de pavés, puis au CSPS Urbain 1, où ils ont installé un chauffe-eau électrique.

Le ministre Tiendrébéogo a, dans son mot d’ouverture, exprimé sa joie de célébrer cette Nuit avec les migrants, car il a vu ce qu’ils ont appris à faire dans le but de réussir leur réintégration. Il a exprimé sa gratitude à l’OIM et à l’Union Européenne pour leur soutien aux efforts du Gouvernement visant à sortir les jeunes du chômage et de la précarité qui les poussent souvent à l’aventure. Il a invité les entrepreneurs à puiser dans ce vivier pour leurs travaux (les chantiers du 11 décembre sont une aubaine) afin de permettre à ces jeunes de vivre dignement et de se réaliser sur leur terroir.

Notons que dès son arrivée dans la capitale du Centre-Est, le ministre est allé rendre une visite de courtoisie au Roi de Tenkodogo.

                                                                                     Y. KALWOULE


Partager sur :